Saint Louis

Date de référence : 1226

Abor­dons main­te­nant l’his­toire d’un roi capé­tien qui est res­té dans les mémoires comme le modèle du roi chré­tien par excel­lence. Il s’a­git de Louis IX, plus connu sous le nom de Saint Louis. On le repré­sente sou­vent ren­dant la jus­tice sous un grand chêne. Mais il y a bien d’autres choses à savoir à son sujet. Révi­sons cela ensemble dans cette nou­velle vidéo…

Aujourd’hui, je vais te par­ler de Louis IX, plus connu sous le nom de Saint Louis, un roi de France qui s’est tout entier dévoué à son royaume et au rayon­ne­ment de la Chrétienté.

Regar­dons la frise chro­no­lo­gique : nous sommes à l’époque de la dynas­tie des Capé­tiens, qui débute en 987 par le cou­ron­ne­ment de Hugues Capet. 

Les Capé­tiens forment la troi­sième dynas­tie de France, pre­nant la suite des Méro­vin­giens, puis des Caro­lin­giens. Tu peux retrou­ver nos pré­cé­dents épi­sodes sur ces deux dynas­ties à tra­vers les per­son­nages de Clo­vis et de Char­le­magne sur notre site.

Louis IX naît le 25 avril 1214. On le pré­sente sou­vent avec sa cou­ronne ornée de lys, son sceptre, une tunique bleu royal et un air sage et bien­veillant. Nous allons voir que cela n’est pas qu’une apparence…

Jeu­nesse, cou­ron­ne­ment et mariage

Louis hérite de la cou­ronne royale à la mort de son père en 1226. Il n’a alors que 12 ans. Il est sacré dans la cathé­drale de Reims, là où fut cou­ron­né Clo­vis et la plu­part des rois capé­tiens avant lui. Tou­te­fois, comme il n’est pas en âge de régner, c’est sa mère Blanche de Cas­tille qui dirige le royaume jusqu’en 1236. C’est ce qu’on appelle la régence.

Le Sacre de saint Louis, roi de France, à Reims, le 29 novembre 1226, en présence de sa mère Blanche de Castille
Sacre de Saint Louis le 29 novembre 1226

Mais notre jeune roi va vite devoir apprendre son nou­veau métier :

En 1230, il doit impo­ser, grâce à son armée, son auto­ri­té à plu­sieurs grands sei­gneurs qui tentent de pro­fi­ter de sa jeu­nesse pour l’écarter de la couronne. 

Mais pour notre bon Louis, les choses sérieuses ne font que commencer.

Louis IX et les guerres anglaises

À cette époque, le royaume d’Angleterre est un adver­saire impor­tant du royaume de France. C’est pour­quoi, plu­sieurs sei­gneurs fran­çais, déci­dés à se rebel­ler contre leur roi, font alliance avec Hen­ri III, le roi d’Angleterre, qui fait débar­quer ses troupes en France. Louis IX et son armée reprennent donc le che­min de la guerre et finissent par battre leurs enne­mis en 1242 à la bataille de Taille­bourg, près de l’actuelle ville de La Rochelle.

Le royaume de France s’en trouve agran­di et l’autorité du roi de France encore renforcée.

Description de cette image, également commentée ci-après
La bataille de Taille­bourg
 par Eugène Delacroix

Saint Louis, un roi bâtisseur

Mais laisse-moi te par­ler d’une autre facette de ce per­son­nage, à savoir son rôle dans la trans­for­ma­tion du pays.

Il faut savoir que Saint Louis est un roi très pieux. Cela signi­fie qu’il croit très sin­cè­re­ment à tous les prin­cipes et règles de la reli­gion chré­tienne. En effet sa mère et ses conseillers lui ont don­né une édu­ca­tion reli­gieuse et morale très stricte.

Or, les deux grands prin­cipes d’un prince chré­tien sont la jus­tice et la paix. Ain­si, Saint Louis fait en sorte de doter le pays d’une meilleure jus­tice, notam­ment afin que tous les sujets du royaume qui ont à se plaindre de leur sei­gneur, puissent faire appel au roi. Pour cela, Saint Louis crée le Par­le­ment, une ins­ti­tu­tion qui rend la jus­tice en son nom et dont les déci­sions s’imposent à tous. 

Pour ce qui est de la paix, Saint Louis était un che­va­lier qui aimait com­battre. Mais il pen­sait que la guerre était une mau­vaise chose et il a donc cher­ché à l’éviter. Il a par exemple signé un trai­té de paix avec le roi d’Aragon, un royaume d’Espagne et un autre avec le roi d’Angleterre.

Mais Saint Louis était aus­si un roi bâtisseur.

Il se lance dans la construc­tion de nom­breux édi­fices : cathé­drales, châ­teaux, hos­pices pour les malades et col­lèges pour les étu­diants pauvres.

Sous son règne, Paris devient une des villes les plus pres­ti­gieuses de la chré­tien­té occi­den­tale avec son Uni­ver­si­té et ses monuments.

Il faut d’ailleurs que je te parle de l’un de ces édi­fices, la Sainte Cha­pelle que Louis fait bâtir à Paris pour y expo­ser les saintes reliques, c’est-à-dire les objets liés à l’histoire de Jésus Christ. Si tu en as l’occasion, je t’invite à aller regar­der les vitraux de cette Saint-Cha­pelle, ils sont vrai­ment magnifiques !

Les croi­sades

Un jour que Saint Louis tombe gra­ve­ment malade, il fait la pro­messe de par­tir en croi­sade s’il par­vient à en gué­rir. Les croi­sades, ce sont ces expé­di­tions en Orient aux­quelles se joignent géné­ra­le­ment de nom­breux che­va­liers. Elles ont pour but de défendre les lieux saints de la Chré­tien­té comme la ville de Jérusalem.

En 1248, il décide d’honorer cette pro­messe. Et ne fait pas les choses à moi­tié ! Il embarque avec tous les membres de sa famille proche et une puis­sante armée. Ima­gine-toi que pour embar­quer toutes ses troupes, il ordonne la construc­tion d’un port, celui d’Aigues-Mortes : rien que cela !

Les sol­dats francs, car c’est encore ain­si qu’on les appelle en mémoire du roi Clo­vis, connaissent d’abord quelques suc­cès en Égypte. Mais ils sont bien­tôt frap­pés par la famine et les mala­dies. Ceci oblige Saint Louis à battre en retraite. Il décide tou­te­fois de res­ter quelques années de plus en Orient afin d’organiser la défense des popu­la­tions chré­tiennes locales. Pen­dant son absence c’est sa mère, Blanche de Cas­tille, qui s’occupe de gérer les affaires du royaume en France.

En 1254, après six ans d’absence, le roi est obli­gé de ren­trer en France à la suite du décès de sa mère. Le royaume est alors pros­père et en paix.

La mort du roi

En 1270, Louis décide de repar­tir en croi­sade car les musul­mans menacent à nou­veau les com­mu­nau­tés chré­tiennes d’Orient. Il débarque avec son armée et tente de prendre par sur­prise le port de Tunis, occu­pé par les troupes musul­manes bien retran­chées dans la ville et prêtes à sup­por­ter un long siège. Les Francs vont donc devoir patien­ter pour prendre cette cité. Cette attente est fatale au roi Louis qui meurt fina­le­ment de mala­die le 25 août 1270. Dès lors et mal­gré la défaite des armées musul­manes, l’armée royale est contrainte de ren­trer en Europe afin de rame­ner la dépouille du roi en France. 

Mort de Saint-Louis
La mort de Saint Louis le 25 août 1270

Deux ans après sa mort, en rai­son prin­ci­pa­le­ment des miracles et des gué­ri­sons accom­plis auprès de son tom­beau, l’Église réflé­chit à recon­naître le roi Louis IX comme un saint. C’est chose faite en 1297. Il sera par la suite connu sous le nom de Saint-Louis. 

Ses osse­ments deviennent des reliques de grande valeur : Ils sont même dis­tri­bués par ses des­cen­dants à des sou­ve­rains d’Europe comme cadeaux ! Curieu­se­ment, cela a per­mis de pro­té­ger la dépouille de Saint-Louis de la révo­lu­tion, mais ça, c’est une autre histoire !

Bref, pour finir, voi­là ce que tu dois rete­nir de Saint Louis :

  1. Il est né en 1214 et deve­nu roi à seule­ment 12 ans 
  2. Il a com­bat­tu toute sa vie, d’abord contre les Anglais et les sei­gneurs rebelles, puis en Orient contre les musul­mans durant les croisades 
  3. Il a pris de grandes déci­sions pour amé­lio­rer la ges­tion du royaume, la jus­tice et l’éducation, ce qui en fit un roi très aimé de son peuple tout au long de ses 44 années de règne
  4. Il est mort en 1270 à Tunis à la fin de la 8ème et der­nière croisade 
  5. Roi très pieux, il a été cano­ni­sé par l’Église sous le nom de Saint Louis en 1297

Voi­là pour aujourd’hui sur ce Roi Très-Chré­tien, consi­dé­ré comme l’un des plus impor­tants de l’histoire de France. Mais la lignée des Capé­tiens est loin d’être terminée… 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.