François Ier

Date de référence : 1515

À la fin du Moyen Âge, la France entre dans la Renais­sance, une période de renou­veau intel­lec­tuel et artis­tique sans pré­cé­dent dans l’histoire de notre pays. Châ­teaux aux formes raf­fi­nées, pein­tures et sculp­tures d’un réa­lisme stu­pé­fiant sont quelques exemples de ce que cette période nous a légués. Mais il est un per­son­nage de l’histoire de France qui, par son seul nom, illustre encore mieux cette époque : Fran­çois Ier. C’est la vie de ce grand roi que nous t’invitons à révi­ser avec nous dans cette nou­velle vidéo…

Bon­jour, aujourd’hui je révise avec toi Fran­çois Ier !

Pour com­men­cer, regarde cette frise chro­no­lo­gique : nous sor­tons du Moyen Âge pour entrer peu à peu dans « les Temps Modernes » qui débutent par une période qu’on appelle la « Renaissance ».

Fran­çois Ier est consi­dé­ré comme l’un des per­son­nages les plus repré­sen­ta­tifs de cette période très impor­tante. Nous allons voir ensemble pour­quoi il a lais­sé le sou­ve­nir d’un roi culti­vé et ama­teur d’art. 

kART à voir: n°169 Portrait du roi François 1er (1530)Jean ...
Fran­çois Ier
par Jean Clouet 

Né en 1494, il est le fils de Charles de Valois et de Louise de Savoie.

En 1515, il devient roi sous le nom de Fran­çois Ier à seule­ment 20 ans, après avoir été sacré dans la cathé­drale de Reims comme le veut la tradition. 

Por­ter la cou­ronne si jeune ne lui fait pas peur car on le dit fou­gueux et sa taille, il mesure presque deux mètres, l’aide à se faire entendre !

Autre infor­ma­tion inté­res­sante à son sujet : il choi­sit comme sym­bole la sala­mandre, un ani­mal légen­daire, qui crache du feu. Pas mal pour impres­sion­ner ses ennemis !

Mais reve­nons à Fran­çois : aus­si­tôt cou­ron­né, il se lance dans les guerres d’Italie avec une armée nom­breuse et bien équi­pée. Grâce notam­ment à leurs puis­sants canons, les Fran­çais rem­portent la glo­rieuse vic­toire de Mari­gnan contre les mer­ce­naires Suisses. A cette occa­sion s’illustre l’un des che­va­liers les plus connus de l’Histoire de France, Bayard qu’on disait « sans peur et sans reproche ».

Cette vic­toire apporte au roi de France une grande renom­mée dès le début de son règne. En outre, la France est à l’apogée de sa puis­sance : c’est le pays le plus peu­plé et le plus riche d’Europe.

Fort de cette situa­tion, notre bon roi Fran­çois espère donc étendre les fron­tières de son royaume. Mais ses ambi­tions se heurtent à celle du roi d’Espagne, Charles Quint, issu d’une autre puis­sante famille, les Habs­bourg, dont les ter­ri­toires en Europe encerclent le royaume de France. 

Tu com­prends donc que cette situa­tion le pose en rival direct de Fran­çois Ier.

Illustration.
Charles Quint
par Juan Pan­to­ja de la Cruz

Mais la situa­tion va encore empi­rer lorsqu’il faut dési­gner le nou­vel empe­reur du Saint Empire romain Ger­ma­nique, un Empire qui cor­res­pond à peu près à l’Allemagne actuelle.

En effet, Fran­çois Ier et Charles Quint, espèrent tous deux être dési­gnés pour suc­cé­der au der­nier empe­reur qui vient de mou­rir en 1519. Et le grand gagnant est … Charles ! 

Comme tu le devines, cette situa­tion va rapi­de­ment pro­vo­quer une guerre entre la France et le grand Empire des Habsbourg.

En 1525, la France perd la bataille de Pavie et Fran­çois Ier est même cap­tu­ré ! Heu­reu­se­ment, il est libé­ré l’année sui­vante mais doit renon­cer à l’Italie. Il doit aus­si céder le duché de Bour­gogne à Charles et même lui lais­ser ses enfants en otage.

Mais la lutte ne s’arrête pas pour autant. Afin de nuire aux Habs­bourg, Fran­çois Ier apporte son sou­tien aux enne­mis de Charles Quint comme les princes pro­tes­tants du Saint-Empire.

Au risque de cho­quer toute l’Europe chré­tienne à laquelle la France appar­tient pour­tant, il va même jusqu’à s’allier avec le musul­man Soli­man le magni­fique, diri­geant de l’Empire ottoman.

Mais si Fran­çois Ier est res­té comme l’un des per­son­nages les plus emblé­ma­tiques de la Renais­sance, c’est aus­si et sur­tout pour le rôle qu’il a joué dans le rayon­ne­ment de la France.

Pour t’en convaincre, laisse-moi te citer d’abord quelques déci­sions impor­tantes qu’il prend dans l’organisation de son royaume :

  • Il limite les pou­voirs de l’Église en déci­dant de nom­mer lui-même la plu­part des évêques et des abbés. 
  • Par la célèbre ordon­nance de Vil­lers-Cot­te­rêts, il impose le fran­çais comme langue offi­cielle et obli­ga­toire pour tout ce qui touche à l’administration et au droit
  • Ce texte oblige aus­si les prêtres à tenir un état des nais­sances et des bap­têmes, ce qu’on appelle aujourd’hui encore l’état civil 

Mais plus impor­tant que tout, Fran­çois Ier fut un roi pro­tec­teur des arts et un bâtis­seur. Tu vas voir que la liste de ses réa­li­sa­tions est impressionnante !

Par exemple, Il fait venir en France Leo­nard de Vin­ci et l’installe au Clos-Lucé sur les bords de la Loire. Tu as peut-être enten­du par­ler de ce génie de la Renais­sance : c’est lui qui a peint le célèbre tableau de la Joconde !

Leonardo self.jpg
Léo­nard de Vin­ci
Auto­por­trait

Fran­çois Ier crée aus­si le Col­lège royal, un lieu d’enseignement gra­tuit et ouvert à tous dans tous les domaines des sciences, des lettres et des arts. Ce col­lège, deve­nu le col­lège de France, existe d’ailleurs tou­jours aujourd’hui. 

C’est aus­si à lui que nous devons la construc­tion des magni­fiques châ­teaux de Cham­bord, de Fon­tai­ne­bleau et de Saint Ger­main en Laye.

Fran­çois Ier s’intéresse éga­le­ment à l’expansion éco­no­mique et mari­time ; il fonde le port du Havre, et c’est sous son règne que l’explorateur Jacques Car­tier par­vient aux bouches du fleuve Saint-Laurent au Québec.

C’est donc au soir d’une vie bien rem­plie qu’il s’éteint en 1547.

Fina­le­ment, que dois tu rete­nir à pro­pos de Fran­çois Ier ?

- Il a régné de 1515 jus­qu’à sa mort en 1547

- Il inau­gure son règne par la vic­toire de Mari­gnan en 1515 (une des dates les plus simples à rete­nir de l’histoire de France)

- Il s’opposa long­temps à l’empereur Charles Quint de Habsbourg

- Il impose le fran­çais comme langue offi­cielle dans l’administration par l’ordonnance de Villers-Cotterêts 

- Il favo­ri­sa le déve­lop­pe­ment des arts et des lettres et fut le pro­tec­teur de nom­breux artistes comme Léo­nard de Vinci

- On lui doit notam­ment le magni­fique châ­teau de Chambord

Fran­çois Ier est res­té dans les mémoires et les livres d’histoire comme l’incarnation de la Renais­sance fran­çaise et du « beau XVIème siècle ». 

À l’inverse, la seconde moi­tié de ce XVIe siècle sera mar­quée par les san­glantes Guerres de reli­gion. Mais ceci est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.