Les Croisades

Date de référence : 1095

Tu aimes l’Histoire et tu as bien rai­son ! Aujourd’hui, je vais te racon­ter l’histoire des Croisades.

Il s’agit d’expéditions mili­taires menées au Moyen Age par les Chré­tiens pour libé­rer la ville de Jéru­sa­lem des mains des musul­mans. Pour les Chré­tiens, Jéru­sa­lem est impor­tante car elle abrite le tom­beau de Jésus, le propre fils de Dieu. Comme la plu­part des par­ti­ci­pants cousent sur leurs vête­ments une grande croix, sym­bole des Chré­tiens, on les appelle les croi­sés. D’où le nom de croisade !

Pour com­prendre à quel point les croi­sades ont mar­qué le Moyen Âge, regarde d’a­bord cette frise chro­no­lo­gique : C’est entre le XIe siècle et le XIIIe siècle, soit presque deux cents ans, que se déroulent les huit croi­sades dont nous allons par­ler. Mais com­ment tout cela a‑t-il commencé ?

Au XIe siècle, le bas­sin médi­ter­ra­néen est divi­sé. La France compte par­mi les royaumes chré­tiens d’oc­ci­dent, c’est-à-dire à l’ouest. Plus à l’est ou orient, on trouve l’Em­pire byzan­tin, chré­tien éga­le­ment. Enfin, les musul­mans, c’est-à-dire ceux qui pra­tiquent cette reli­gion qu’on appelle l’islam, occupent une par­tie de l’Es­pagne, l’A­frique du Nord, le Proche et le Moyen-Orient.

Depuis tou­jours, les musul­mans auto­risent les Chré­tiens à se rendre en pèle­ri­nage à Jéru­sa­lem. Mais à la fin du XIe siècle, les Seld­jou­kides, une tri­bu d’origine turque, décident d’interdire aux Chré­tiens l’accès aux lieux saints et menacent la Chré­tien­té tout entière [!!!]. En 1095, pour y faire face, le pape Urbain II lance un appel aux Chré­tiens pour déli­vrer Jéru­sa­lem. C’est la pre­mière croisade.

Dans toute la chré­tien­té, notam­ment en France, des sei­gneurs ras­semblent leurs sol­dats et répondent à l’appel du Pape comme le comte de Tou­louse, le duc de Nor­man­die mais sur­tout le célèbre Gode­froy de Bouillon. Ce sont tous des com­bat­tants bien entrai­nés qui connaissent le métier de la guerre. Après un long et pénible voyage, ils s’emparent de Jéru­sa­lem le 15 juillet 1099.

La conquête de la terre sainte est une des consé­quences du grand regain de vita­li­té que connaît alors la reli­gion chré­tienne en Europe. C’est aus­si l’époque de la che­va­le­rie qui voit des cen­taines de che­va­liers par­tir en croi­sade par pié­té ou par goût de l’aventure. Cer­tains s’engagent même dans les ordres reli­gieux et mili­taires comme les Tem­pliers, les Teu­to­niques ou les Hos­pi­ta­liers­qui existent encore mais se consacrent aujourd’hui au ser­vice des pauvres et des malades. Si tu sou­haites en apprendre plus sur la che­va­le­rie, sache que nous avons fait une vidéo dédiée à ce sujet.

Cer­tains croi­sés rentrent dans leur pays après avoir vu Jéru­sa­lem. D’autres font le choix de res­ter en Terre Sainte pour fon­der ce qu’on appelle les « États Latins » comme le Com­té d’Édesse ou le royaume de Jérusalem.

Diri­gés par de bons sou­ve­rains comme Bau­doin IV dit « le roi lépreux », ces états se déve­loppent paci­fi­que­ment et per­mettent le déve­lop­pe­ment de routes com­mer­ciales sur les­quelles cir­culent les mar­chan­dises venues d’orient.

Puis Les Turcs reprennent leurs attaques et s’emparent de la ville d’É­desse. Cela déclenche une 2e croi­sade qui ne débouche sur aucune conquête.

La situa­tion devient encore plus pré­oc­cu­pante lorsque le grand chef musul­man Sala­din rem­porte une écra­sante vic­toire sur les croi­sés à la bataille de Hat­tin, en 1187. Jéru­sa­lem est à nou­veau per­due et les États Latins réduits à quelques cités le long de la Méditerranée.

La troi­sième croi­sade, pour­tant menée par l’empereur d’Allemagne, Fré­dé­ric Bar­be­rousse, le roi de France Phi­lippe Auguste et le roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion ne par­vient pas non plus à reprendre Jéru­sa­lem des mains des Musulmans.

Pour­quoi ces échecs ? Il y a plu­sieurs rai­sons mais retiens celle-ci : en orient, les musul­mans sont bien implan­tés et très unis face aux croi­sés. Les Croi­sés, en revanche, sont divi­sés et la plu­part d’entre eux finissent par repar­tir, pres­sés de rega­gner leur domaine pour évi­ter qu’il ne soit per­du durant leur absence.

La qua­trième croi­sade est une catas­trophe. Les petits sei­gneurs qui la com­posent s’ar­rêtent en 1204 à Constan­ti­nople, capi­tale de l’empire byzan­tin et décident fina­le­ment de piller cette immense cité pour­tant chrétienne !

La 6eme croi­sade est plus sur­pre­nante car elle est ani­mée par une démarche paci­fique. Menée par l’Em­pe­reur d’Allemagne Fré­dé­ric II, elle vise à négo­cier avec le sul­tan un accord de paix et de libre pas­sage pour les pèle­rins chrétiens.Grâce à cet accord, Fré­dé­ric II obtient aus­si que Jéru­sa­lem soit ren­due aux Chrétiens.

Les deux der­nières croi­sades sont lan­cées par Saint Louis, un célèbre roi de France à qui nous avons d’ailleurs consa­cré une vidéo que je t’invite à décou­vrir. En 1248, Saint-Louis décide de par­tir vers l’É­gypte afin d’attaquer le sul­tan de la région. Mal­gré plu­sieurs suc­cès, il est fait pri­son­nier et doit payer une grande ran­çon pour être libé­ré. Nul­le­ment décou­ra­gé, Saint-Louis repart en 1270, cette fois-ci vers la Tuni­sie. Mal­heu­reu­se­ment, le cli­mat local favo­rise le déve­lop­pe­ment des mala­dies et décime l’ar­mée des croi­sés. Le roi lui-même meurt le 25 août. C’en est fini des grandes croi­sades chrétiennes !

Pour finir, sache que le mot de croi­sade sert aus­si pour évo­quer d’autres luttes contre les enne­mis de la Chré­tien­té. Ce sera le cas en Espagne occu­pée par les Musul­mans depuis des siècles et où la vic­toire des Chré­tiens à la bataille de Las Navas de Tolo­sa en 1212, sonne la recon­quête. C’est aus­si le cas dans le sud de la France où l’Église pro­clame une croi­sade contre les Cathares à qui elle reproche de vou­loir vivre dif­fé­rem­ment leur religion.

Fina­le­ment, que dois-tu rete­nir à pro­pos des croisades ?

  • C’est une série d’ex­pé­di­tions qui, entre 1095 et 1270, ont pour objec­tif de libé­rer la ville de Jéru­sa­lem des musulmans.
  • La pre­mière croi­sade per­met la créa­tion d’États Latins en Orient, ce qui favo­rise le com­merce et les échanges entre l’O­rient et l’Occident.
  • Les Musul­mans se réor­ga­nisent et, sous la direc­tion du sul­tan Sala­din, ils reprennent Jéru­sa­lem et réduisent l’in­fluence des Chré­tiens. Les croi­sades sui­vantes ne par­vien­dront pas à recon­qué­rir la Terre Sainte.
  • Les croi­sades ont été une véri­table épo­pée pour la che­va­le­rie occi­den­tale, per­met­tant à de grandes figures comme Gode­froy de Bouillon, Richard Cœur de Lion, l’empereur Fré­dé­ric II ou le roi lépreux Bau­douin IV, de mettre en valeur leurs qua­li­tés che­va­le­resques et de deve­nir de véri­tables légendes.

Le monde Médi­ter­ra­néen res­te­ra ain­si mar­qué par ces affron­te­ments entre Chré­tiens et Musul­mans. Quelques siècles plus tard, ce seront les armées turques qui vien­dront, sur terre et sur mer, enva­hir l’Europe. Mais ceci est une autre histoire …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.