L’Église au Moyen Âge

Date de référence : 1095

Au Moyen Âge, la socié­té est divi­sée en trois ordres, à savoir celui des gens d’E­glise, celui des che­va­liers et celui des pay­sans, arti­sans et com­mer­çants. Cette orga­ni­sa­tion dont les ori­gines remontent à l’An­ti­qui­té est un élé­ment clé pour com­prendre notre his­toire car elle va se main­te­nir jus­qu’à la Révo­lu­tion fran­çaise de 1789. Aujourd’­hui nous révi­sons avec toi le pre­mier de ces ordres : l’É­glise. C’est une orga­ni­sa­tion qui joue, à l’é­poque, un rôle bien plus impor­tant que celui qu’elle exerce aujourd’­hui. Elle a donc contri­bué à façon­ner notre his­toire et notre identité.

Aujourd’hui, je vais te par­ler de la place de l’Église au Moyen-Âge, période durant laquelle cette ins­ti­tu­tion a joué un rôle très impor­tant dans la société.

Regarde la frise : nous sommes entre le XIème et le XIIIème siècle, c’est-à-dire sous le règne des rois capé­tiens, les des­cen­dants du roi Hugues Capet.

Mais d’abord, reve­nons un peu en arrière : depuis l’empereur romain Théo­dose, la reli­gion chré­tienne est l’unique reli­gion offi­cielle et obli­ga­toire de l’empire romain. 

Mais, à par­tir du Vème siècle, l’empire romain d’occident dis­pa­raît. La reli­gion chré­tienne per­met alors de trans­mettre la culture grecque et latine héri­tée de l’Antiquité, au sein des peuples ger­ma­niques qui ont enva­hi la Gaule romaine. Elle favo­rise ain­si la coha­bi­ta­tion de ces peuples avec les anciens citoyens de l’empire romain.

Ceci va conduire, comme tu le sais déjà, à la conver­sion au chris­tia­nisme de Clo­vis, le roi des francs. C’est aus­si à par­tir de Clo­vis que tous les rois de France reçoivent leur cou­ronne de la main d’un évêque dans la cathé­drale de Reims. 

Ce sera notam­ment le cas d’un per­son­nage impor­tant dans notre His­toire et que tu connais déjà : Char­le­magne qui sera sacré empe­reur à Rome par le pape en l’an 800. 

Mais un évêque, un pape, qu’est-ce que c’est ? Pour te répondre, il faut que je t’explique com­ment est orga­ni­sé le cler­gé, c’est-à-dire l’ensemble de ceux qui servent l’Église et qu’on appelle des clercs.

A la tête de l’Église, on trouve d’abord le Pape, chef de tous les chré­tiens. Nous ver­rons un peu plus tard que c’est un per­son­nage très impor­tant en Europe, notam­ment en rai­son de son rôle très par­ti­cu­lier auprès des rois.

Puis, en des­sous du Pape, on trouve dif­fé­rentes sortes de clercs :

  • Des évêques qui ont cha­cun l’autorité sur un ter­ri­toire qu’on appelle le diocèse.
  • Des curés, c’est-à-dire des prêtres qui s’occupent des vil­lages com­po­sant les dio­cèses et qui obéissent donc aux évêques.
  • On trouve aus­si des moines qui vivent dans des monas­tères. La par­ti­cu­la­ri­té de ces clercs, c’est qu’ils vivent à l’écart de la ville et se consacrent à la prière et aux tra­vaux manuels ou intellectuels.

Mais tu te demandes sans doute pour­quoi l’Église occupe une place si impor­tante dans la vie des gens au Moyen-Âge…

D’abord, sache que le son de la cloche de l’église accom­pagne les hommes et les femmes de cette époque toute la jour­née car c’est grâce à elle qu’ils savent à peu près à quel moment de la jour­née ils en sont. De la même façon, le cours de l’année est ryth­mé par les grandes fêtes chré­tiennes comme Pâques ou la Toussaint.

Mais le curé est aus­si pré­sent à chaque étape impor­tante de la vie des habi­tants du vil­lage. Ain­si, C’est lui qui bap­tise les nou­veaux nés, qui célèbre la messe chaque jour, qui bénit les mariages, qui entend les confes­sions ou bien encore qui accom­pagne les mou­rants dans les der­niers ins­tants de leur vie. 

Dans les monas­tères, les moines assurent aus­si l’asile aux plus pauvres et soigne les malades. Peu à peu, l’Église va même créer de véri­tables hôpi­taux qu’on appelle les hôtel-Dieu. 

Mais à l’époque, tu ima­gines bien que les moines n’ont pas tous les appa­reils dont on dis­pose aujourd’hui pour soi­gner les gens. Alors, com­ment font-ils ? 

Les moines se servent de vieux livres écrits en grec ou en latin. Ils rédigent aus­si leurs propres livres de méde­cine dans les­quels ils racontent ce qu’ils ont pu obser­ver des mala­dies ain­si que des remèdes qu’ils ont expérimentés. 

Comme ses membres sont sou­vent les seuls à savoir lire et écrire le latin, ancienne langue des romains, l’Église dif­fuse aus­si le savoir en reco­piant des manus­crits anciens et en créant des écoles puis plus tard des universités. 

Enfin, l’Église tente d’interdire la vio­lence à l’égard des caté­go­ries les plus faibles de la popu­la­tion comme les prêtres ou les femmes (ce qu’on appelle la Paix de Dieu) ou bien encore durant cer­taines périodes de l’année (ce qu’on appelle la trêve de Dieu). 

A côté de toutes ces tâches qu’elle rem­plit au quo­ti­dien, l’Église exerce aus­si une grande influence sur son époque.

D’abord, elle va pro­gres­si­ve­ment obte­nir les moyens de s’affirmer à l’égard des royaumes qui com­posent l’Europe du Moyen-Âge. Comme je te l’ai dit, le Pape devient un per­son­nage de plus en plus impor­tant. Ain­si, il est capable de s’adresser direc­te­ment aux peuples de ces royaumes pour les inci­ter à par­tir en pèle­ri­nage vers Com­pos­telle ou bien en terre sainte dans le cadre des croi­sades dont la toute pre­mière a lieu en 1095. Au cours du Moyen Age, cela condui­ra le Pape à s’opposer à cer­tains rois et même à leur faire la guerre.

Par ailleurs, les pos­ses­sions de l’Église ne cessent de croître en nombre et en taille notam­ment grâce aux terres qu’elle reçoit de la main des sei­gneurs et des rois. De même, avec la mul­ti­pli­ca­tion des monas­tères dans toute l’Europe à par­tir du Xème siècle, les moines par­ti­cipent à l’accroissement des terres arables, c’est-à-dire les terres qui peuvent être culti­vées. C’est aus­si grâce à eux que se déve­loppe la culture de la vigne et donc la pro­duc­tion du vin.

Grâce à cette acti­vi­té éco­no­mique mais aus­si à la dîme, impôt qu’elle se met à col­lec­ter à par­tir du XIème siècle, l’Église dis­pose bien­tôt d’importants moyens finan­ciers qui lui per­mettent de ne plus dépendre des rois et des sei­gneurs pour vivre. 

Avec ces richesses, l’Église est aus­si en mesure d’influencer l’art et l’architecture à tra­vers la construc­tion de monu­ments reli­gieux tou­jours plus impres­sion­nants qu’il s’agisse des églises romanes du XIème siècle ou bien des cathé­drales gothiques du XIIème siècle comme celle de Notre Dame de Paris dont la construc­tion est ache­vée en 1345.

A l’extérieur comme à l’intérieur de ces monu­ments, on retrouve de très belles sculp­tures ain­si que de magni­fiques vitraux qui enseignent aux croyants les récits de la bible mieux que ne le font les livres puisque la plu­part des fidèles ne savent ni lire, ni écrire.

Sur le rôle de l’Église au Moyen-Âge, tu dois donc prin­ci­pa­le­ment retenir : 

  • Les quelques dates qui sym­bo­lisent l’importance crois­sante de l’Église depuis la fin de l’Antiquité jusqu’au milieu du Moyen-Âge : édit de Théo­dose en 380, conver­sion de Clo­vis à Reims en 496, sacre de Char­le­magne à Rome en 800, 1ère croi­sade en 1095, fin de la construc­tion de la cathé­drale de Notre Dame en 1345.
  • L’organisation du cler­gé avec les évêques, les curés et les moines qui sont pla­cés sous l’autorité du Pape.
  • Son rôle dans la socié­té de tous les jours : elle est au cœur de la vie des gens en les accom­pa­gnant à toutes les étapes de leur exis­tence (la nais­sance, la messe, le mariage, la mala­die, la mort…ect) et en ten­tant d’améliorer le fonc­tion­ne­ment de la socié­té (déve­lop­pe­ment des écoles, limi­ta­tion de la vio­lence…).
  • Enfin, son rôle éco­no­mique et poli­tique : elle exploite et gère des biens consi­dé­rables qui lui per­mettent de s’affranchir pro­gres­si­ve­ment de l’autorité des rois et d’avoir une grande influence dans la vie poli­tique, éco­no­mique et artis­tique de l’Europe.

La pro­chaine fois, je te par­le­rai de la vie des che­va­liers au Moyen-Âge. Mais ceci est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.