Napoléon Bonaparte

Date de référence : 1796

Com­men­çons ce cycle CM2 avec le per­son­nage de Napo­léon Bona­parte, l’un des plus mémo­rables de l’histoire de France et même de l’Europe. Sa renom­mée, née dans les tour­ments de la Révo­lu­tion Fran­çaise, est due tant à ses talents mili­taires qu’à ceux du grand homme d’État qu’il était. Nous allons décou­vrir pour­quoi avec ce 1er épi­sode dédié au Géné­ral Bonaparte…

Bon­jour jeune écolier !

Aujourd’hui, je vais te par­ler de Napo­léon Bona­parte, l’un des per­son­nages de l’Histoire de France le plus connu en Europe ! Et oui, les éco­liers de Rus­sie, de Hon­grie, de Pologne et d’Angleterre, les éco­liers comme toi, ont tous enten­du par­ler de l’Empereur Napo­léon Ier. 

Tu peux tout d’abord remar­quer qu’il a vécu à l’époque de la Révo­lu­tion fran­çaise, un évè­ne­ment majeur de l’histoire de notre pays. 

Laisse-moi te rap­pe­ler la situa­tion à l’époque

En 1789, la situa­tion du royaume de France est cri­tique : une crise éco­no­mique et sociale le touche ! En effet, les Fran­çais que l’on appelle aus­si les sujets du roi réclament plus d’égalité et plus de jus­tice. La monar­chie n’arrive pas à répondre à ces attentes si bien qu’une par­tie du peuple, dans ses doléances, autre­ment dit ses sou­haits, veut mettre fin à la monar­chie abso­lue… C’est la Révolution.

En 1793, Louis XVI est condam­né à mort par la Conven­tion, c’est-à-dire l’assemblée des repré­sen­tants du peuple. Mais les monar­chies voi­sines, et notam­ment l’Angleterre, l’Autriche et la Prusse (un pays qui fait par­tie de l’Allemagne actuelle) craignent que ces idées révo­lu­tion­naires se répandent, et cherchent à enva­hir la France pour réta­blir l’ordre.

Bona­parte est alors nom­mé offi­cier d’artillerie lors du siège de Tou­lon, un port au sud de la France aux bords de la Médi­ter­ra­née qui est alors aux mains des Anglais. En sur­nom­mant l’une de ses bat­te­ries de canons « la bat­te­rie des hommes sans-peur », il encou­rage ses sol­dats et reprend la place au terme d’une charge héroïque. Bona­parte devient géné­ral de bri­gade à 24 ans, ce qui est très jeune, et remonte à Paris où il triomphe d’une révolte roya­liste qui menace le Direc­toire, c’est-à-dire les diri­geants de la Répu­blique : il est le véri­table héros et sau­veur de la Révolution.

A Paris, il ren­contre José­phine de Beau­har­nais, une riche veuve dont il tombe pro­fon­dé­ment amou­reux. Il se marie avec elle dès 1796, quelques jours avant de par­tir pro­té­ger à nou­veau la France, cette fois-ci des Autrichiens.

C’est que notre jeune géné­ral n’a pas fini de nous étonner !

En mars 1796, alors qu’il n’a pas encore 27 ans, Bona­parte devient le géné­ral de l’armée d’Italie qui a mau­vaise répu­ta­tion : elle n’est com­po­sée que de sol­dats indis­ci­pli­nés et mal équi­pés. Napo­léon leur pro­met « hon­neur, gloire et richesse dans les plus fer­tiles plaines du monde ». Ces sol­dats acceptent donc de le suivre et de tra­ver­ser les Alpes. En 15 jours, ils enva­hissent le nord de l’Italie grâce à la vic­toire de Lodi le 10 mai. Bona­parte se dis­tingue aus­si par son cou­rage. Ain­si, à Arcole, en novembre 1796, il s’engage lui même à la tête de ses troupes sur le pont qui les sépare de l’ennemi. Sa répu­ta­tion légen­daire est née. 

Mais en 1798, l’Angleterre, est tou­jours en guerre contre la France. Bona­parte décide donc de mon­ter une immense expé­di­tion en Egypte, un allié de l’Angleterre : il ras­semble une puis­sante armée (35000 hommes) mais pas seule­ment ! De nom­breux scien­ti­fiques et archéo­logues les accom­pagnent pour appro­fon­dir leurs connais­sances sur la mythique Egypte. Une nou­velle fois, Bona­parte triomphe de ses adver­saires, notam­ment à la bataille des Pyra­mides. On raconte, que peu avant le début des com­bats il aurait décla­ré à ses sol­dats « Son­gez que du haut de ces Pyra­mides qua­rante siècles vous contemplent ! ». Quel res­pect pour le pas­sé pres­ti­gieux des loin­tains pharaons ! 

Pen­dant ce temps, en France, la situa­tion se dégrade. Les roya­listes, à l’intérieur du pays, et la Prusse, l’Autriche, la Hol­lande et l’Angleterre à l’extérieur menacent le Direc­toire. Cette situa­tion favo­rise l’ascension du géné­ral Bona­parte qui prend le pou­voir lors d’un coup d’état deve­nu célèbre, celui du 18 bru­maire 1799, date qui cor­res­pond au 10 novembre dans notre calen­drier. Il prend le pou­voir et crée le Consu­lat, un gou­ver­ne­ment où Bona­parte a presque tous les pouvoirs.

Si tu connais­sais peut-être Bona­parte pour ses vic­toires, tu dois savoir qu’il fut aus­si un grand homme d’état !

Ain­si, il veut orga­ni­ser défi­ni­ti­ve­ment la socié­té fran­çaise issue de la Révo­lu­tion en lui don­nant des fon­de­ments solides et inébran­lables qu’il nomme « les masses de gra­nit ». Il réor­ga­nise la jus­tice, l’éducation et l’administration de L’État.

Bona­parte sou­haite aus­si que son régime récon­ci­lie tous les Fran­çais : il par­donne ceux qui ont com­bat­tu la Révo­lu­tion et réta­blit les rela­tions avec le pape au moyen d’un trai­té, qu’on appelle le Concor­dat. Ce trai­té recon­naît le catho­li­cisme comme reli­gion de la majo­ri­té des Français. 

Il cen­tra­lise l’essentiel de l’administration en dési­gnant des pré­fets, à la tête des dépar­te­ments. Nom­més par Napo­léon en per­sonne, ces pré­fets repré­sentent L’État sur l’ensemble du ter­ri­toire. Je te rap­pelle d’ailleurs que dépar­te­ments et pré­fets existent tou­jours aujourd’hui !

Enfin, Bona­parte cherche à uni­fier le ter­ri­toire et pour cela il com­mence par créer une mon­naie, le franc. 

En 1804, il réécrit et ras­semble l’ensemble des lois du pays dans cinq recueils, tou­jours en vigueur aujourd’hui, qu’on appelle « codes napo­léo­niens » dont le prin­ci­pal, que tu connais sans doute est le fameux Code civil. Il y ins­crit défi­ni­ti­ve­ment les prin­cipes de la Révo­lu­tion notam­ment la liber­té indi­vi­duelle et l’égalité de droits de tous les citoyens.

Mais la guerre en Europe conti­nue et en 1800, Bona­parte triomphe une nou­velle fois des armées autri­chiennes en Ita­lie lors de la bataille de Maren­go, après avoir fait pas­ser son armée à tra­vers les Alpes. « Le petit capo­ral », comme le sur­nomme ses sol­dats, est désor­mais com­pa­ré aux plus illustres géné­raux de l’Antiquité : Alexandre le Grand, Han­ni­bal et même César. Grâce à cette vic­toire, il peut trai­ter avec ses enne­mis en 1802 : pour la pre­mière fois depuis dix ans la France est en paix !

Fort de son pou­voir en France, Napo­léon veut renouer défi­ni­ti­ve­ment avec la sta­bi­li­té en impo­sant un Etat fort et sou­ve­rain : il se fait lui-même cou­ron­né empe­reur des Fran­çais à Notre-Dame, le 2 décembre 1804. A ce moment très pré­cis, il cesse d’être Bona­parte et prend le nom de Napo­léon Ier. 

Fina­le­ment, que dois tu rete­nir de Bonaparte ?

- Il est né en 1769 en Corse.

- le pou­voir révo­lu­tion­naire le nomme géné­ral après ses vic­toires à Tou­lon contre les Anglais et à Paris contre les royalistes.

- Il triomphe avec brio des Autri­chiens en Ita­lie en 1796, et occupe l’Egypte en 1798.

- Fort de ses suc­cès, il prend le pou­voir en France et réta­blit à la fois l’ordre grâce à ses inno­va­tions admi­nis­tra­tives et la paix en 1802 avec le reste de l’Europe.

Voi­là pour cette vidéo sur le géné­ral Bona­parte, qui devien­dra ensuite l’Empereur Napo­léon, mais ceci est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.