Henri IV

Date de référence : 1598

As-tu déjà enten­du par­ler de la cou­leur du che­val blanc d’Henri IV ? En fait, il y a bien d’autres choses à savoir sur ce roi emblé­ma­tique de l’histoire de notre pays. Bon vivant et sou­cieux de ses sujets, il a réus­si à rame­ner paix et pros­pé­ri­té dans le royaume de France après les ter­ribles guerres de Reli­gion. Il est aus­si connu à tra­vers divers sym­boles (panache blanc, poule au pot…). Nous t’expliquons tout cela et bien davan­tage dans cette nou­velle vidéo…

Bon­jour, aujourd’hui je révise avec toi l’histoire d’Henri IV, roi de France et de Navarre.

Regarde la frise chro­no­lo­gique, nous sommes au milieu de la Renais­sance. C’est durant cette époque qu’en France et plus géné­ra­le­ment en Europe vont se dérou­ler les guerres de reli­gion. Hen­ri IV va jouer dans ces évè­ne­ments un rôle essen­tiel que je t’expliquerai tout à l’heure.

Mais reve­nons aux ori­gines de ce roi de France… Hen­ri est né en 1553, d’un père catho­lique, Antoine de Bour­bon et d’une mère pro­tes­tante, Jeanne d’Al­bret, reine de Navarre, un royaume au Nord de l’Espagne.

Catho­liques et pro­tes­tants sont tous Chré­tiens mais se dif­fé­ren­cient par cer­taines de leurs croyances ain­si que par l’autorité à laquelle ils obéissent. Ain­si, les pro­tes­tants rejettent l’autorité du Pape mais aus­si celle des évêques et des curés.

Or, comme tu vas le consta­ter dans cette vidéo, l’opposition entre catho­liques et pro­tes­tants va mar­quer toute la vie d’Henri IV.

Après avoir gran­di dans la cam­pagne béar­naise, Il vit à Paris auprès de son père qui exerce des fonc­tions impor­tantes dans l’armée du Roi de France.

Puis, il rejoint sa mère et vit au sein du par­ti pro­tes­tant. C’est à ce moment-là qu’il se convertit.

En 1572, il devient roi de Navarre et joue désor­mais un rôle poli­tique important.

A tel point qu’on décide de le marier avec Mar­gue­rite, la propre sœur du roi de France, Charles IX. Rien que ça !

Laisse-moi te rap­pe­ler qu’en géné­ral… les rois et les reines ne se marient pas par amour mais bien sou­vent pour les inté­rêts de leur pays !

Eh bien, l’union d’Henri de Navarre et de Mar­gue­rite, que l’on sur­nom­me­ra par la suite « la reine Mar­got », n’échappe pas à cette règle.

En effet, comme Hen­ri est pro­tes­tant et Mar­gue­rite est catho­lique, ce mariage doit per­mettre de cal­mer les ten­sions reli­gieuses qui divisent la France. 

Tout est donc pour le mieux ? détrompe-toi, c’est tout le contraire qui va arriver…

Je t’explique : comme la céré­mo­nie du mariage doit être célé­brée à Paris, de nom­breux pro­tes­tants accom­pagnent Hen­ri dans la capi­tale. Ceci va pro­vo­quer la colère des catho­liques. Le soir du 24 août 1572, les catho­liques finissent par s’en prendre vio­lem­ment aux pro­tes­tants, ce qui va entraî­ner la mort de mil­liers d’entre eux. Ce mas­sacre est res­té connu dans l’Histoire de France comme celui de la Saint Bar­thé­lé­my dont c’était la fête ce jour-là.

Quelques années plus tard, Hen­ri de Navarre par­vient à s’échapper pour aller sou­te­nir les pro­tes­tants dont il devient ain­si l’un des chefs.

En 1589, le Roi de France meurt sans héri­tier direct. En prin­cipe, son suc­ces­seur est Hen­ri de Navarre qui doit donc le rem­pla­cer sur le trône. Mais encore une fois, Hen­ri se heurte à l’opposition des catho­liques pour les­quels il est impen­sable d’accepter un roi protestant. 

Hen­ri IV à la bataille d’Arques, 21 sep­tembre 1589
Ecole fran­çaise

Hen­ri, sui­vi des par­ti­sans qui se ral­lient à son fameux « panache blanc », doit donc batailler quelques années de plus jusqu’à ce qu’il com­prenne qu’il n’y a qu’une seule solu­tion pour cal­mer l’hostilité que lui portent ses adver­saires : deve­nir lui-même catholique !

C’est ce qu’on appelle une déci­sion prise au nom de la rai­son d’État.

Ayant déci­dé de se conver­tir défi­ni­ti­ve­ment au catho­li­cisme, il peut enfin être sacré roi de France en 1594 à Chartres sous le nom d’Henri IV.

HENRI_IV_DE_BOURBON
Hen­ri IV
par Frans Pour­bus le Jeune

L’année sui­vante, il déclare la guerre au royaume d’Espagne, allié aux catho­liques qui contestent encore son acces­sion au trône. Ce conflit se ter­mine trois ans plus tard lorsque Hen­ri IV signe avec les Espa­gnols le trai­té de paix de Vervins.

Mais Hen­ri IV a aus­si un pays à recons­truire après des années de guerre exté­rieure et inté­rieure. Pour com­men­cer, il ramène la paix à l’intérieur de son royaume en fai­sant rédi­ger un docu­ment très connu : l’Édit de Nantes. Cet Édit met fin aux guerres de reli­gions en France, une pre­mière depuis des décennies ! 

Mais en fait, qu’est-ce que l’Édit de Nantes ? 

C’est un texte qui ins­taure la liber­té de culte, c’est-à-dire qu’il auto­rise cha­cun à choi­sir et à pra­ti­quer libre­ment sa reli­gion. Il donne aus­si aux pro­tes­tants une cen­taine de places fortes pour se pro­té­ger. C’est un grand pro­grès pour les condi­tions de vie des pro­tes­tants en France. 

Mais c’est aus­si une habile déci­sion de la part d’Hen­ri IV car elle évite que les pro­tes­tants soient ten­tés de consti­tuer une com­mu­nau­té trop indé­pen­dante à l’intérieur du royaume.

Dans les années sui­vantes, Hen­ri IV et son fidèle ministre, le duc de Sul­ly, relancent l’activité éco­no­mique du pays en com­men­çant par s’intéresser à la situa­tion de la paysannerie. 

Maxi­mi­lien de Béthune, duc de Sul­ly
Ecole française

Grâce à cela, la pro­duc­tion agri­cole aug­mente. C’est de cette époque que date l’instauration de “la poule au pot tous les dimanches”, un plat popu­laire qu’on asso­cie géné­ra­le­ment au per­son­nage d’Henri IV. Cette relance conduit aus­si à amé­lio­rer l’état des routes et à déve­lop­per les échanges commerciaux. 

Enfin, grâce au tra­vail de Sul­ly, la France amé­liore sa situa­tion finan­cière : non seule­ment les dettes sont rem­bour­sées mais il par­vient aus­si à faire répa­rer les dom­mages cau­sés par les années de guerre. 

D’autres tra­vaux vont d’ailleurs être entre­pris par Hen­ri IV pour embel­lir Paris comme la créa­tion de grandes places telle la place Royale, aujourd’hui appe­lée place des Vosges, l’agrandissement du Louvre ou la construc­tion du Pont Neuf, le pre­mier pont en pierre de la capitale.

Mais en ce début de XVIIème siècle, sur la scène inter­na­tio­nale, Hen­ri IV se heurte tou­jours à ses rivaux, les Habs­bourg. Cette puis­sante famille catho­lique est à la tête de plu­sieurs pays d’Europe dont le Saint Empire romain germanique.

Hen­ri IV décide donc de pré­pa­rer la France à entrer en guerre pour sou­te­nir des princes pro­tes­tants hos­tiles aux Habs­bourg. Ce pro­jet relance ain­si les ten­sions reli­gieuses à l’intérieur du pays entre catho­liques et protestants.

Mais il ne peut le mener à son terme. Le 14 mai 1610, un homme du nom de Ravaillac, croyant sau­ver la reli­gion catho­lique, poi­gnarde Hen­ri IV en plein cœur de Paris. C’est la fin du pre­mier roi Bourbon !

Fina­le­ment que dois-tu rete­nir à pro­pos d’Henri IV ?

- Hen­ri est né en 1533 et est d’abord protestant

- En 1572 a lieu le mas­sacre de la Saint-Bar­thé­le­my, sym­bole des guerres de reli­gion qui ravagent la France pen­dant plus de trente ans

- Après s’être conver­ti au catho­li­cisme, il devient Roi de France en 1594

- Il met en place l’Édit de Nantes en 1598, texte qui ins­taure la liber­té de culte et met fin aux guerres de religion

- Il est assas­si­né par Ravaillac en 1610

Après lui, c’est au tour du dau­phin, son fils et futur Louis XIII de mon­ter sur le trône mais ceci est une autre histoire… 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.