Clovis

Date de référence : 481

Au cours de l’Histoire, plu­sieurs empires se sont suc­cé­dés en Europe. Ain­si, la dynas­tie des Méro­vin­giens va prendre petit à petit la suite de l’empire romain qui avait lui-même conquis la majeure par­tie de l’Europe.
Le plus connu de tous les rois méro­vin­giens est un cer­tain Clovis…

Aujourd’hui, je vais te par­ler de Clo­vis, un per­son­nage extra­or­di­naire et qui est cen­tral dans l’histoire de France.

Regarde la frise : nous sommes à la char­nière entre les Ve et Vie siècles après Jésus-Christ, à la toute fin de la période qu’on appelle Anti­qui­té et donc au tout début du Moyen-Age.

Clo­vis, c’est le roi des Francs. On le pré­sente sou­vent avec de grandes mous­taches, une barbe four­nie, par­fois les che­veux longs, sou­vent blonds, et tou­jours avec un regard déter­mi­né, un regard de chef, un regard de roi.

Nous sommes au Ve siècle après Jésus-Christ. Sur le ter­ri­toire de la Gaule, aujourd’hui la France, plu­sieurs peuples se sont ins­tal­lés, chas­sant ain­si l’empire romain.

Par­mi eux, les Francs, qui élisent en 481 un roi de 15 ans, Clo­vis. Il est issu de la dynas­tie des Méro­vin­giens, appe­lée ain­si parce que le fon­da­teur, grand-père de Clo­vis, s’appelait Mérovée.

Clo­vis est un com­bat­tant farouche, armé d’une arme par­ti­cu­lière et spé­ci­fique aux guer­riers Francs qu’on appelle la fran­cisque, une hache redou­table à double tran­chant qu’on jet­tait sur l’adversaire à une dis­tance d’environ 10 mètres.

C’est aus­si un chef intel­li­gent. Il com­prend vite que, pour durer il faut être puis­sant et donc domi­ner tous les peuples qui vivent en Gaule. Il prend donc l’initiative de s’allier à l’un de ces peuples, les Bur­gondes (qui don­ne­ront leur nom à la Bour­gogne), et de com­battre un par un tous les autres.

Ain­si les batailles se succèdent-elles :

  • En 486, il bat à Sois­sons le géné­ral romain Sya­grius, der­nier repré­sen­tant de l’empire romain en Gaule
  • En 496, ou 506 car les dates sont impré­cises, c’est la bataille de Tol­biac contre les Ala­mans, tri­bu ger­ma­nique dont le nom don­ne­ra, tu l’imagines, le nom d’Allemands. Il s’est dérou­lé pen­dant cette bataille un évé­ne­ment très impor­tant dont je te par­le­rai un peu plus tard.
  • En 507 contre les Wisi­goths à Vouillé

En 508, après d’autres conquêtes de moindre impor­tance, Clo­vis est maître de la Gaule. Il décide d’installer sa capi­tale en 511 à Paris. Et oui, c’est à ce moment là que Paris devient la capi­tale du royaume des Francs.

Je t’ai par­lé de la bataille de Tol­biac contre les Ala­mans. Cette bataille a très mal com­men­cé pour les Francs et, Clo­vis crut bien devoir battre en retraite. C’est alors qu’il eut une idée.

Tout à l’heure je t’ai dit que Clo­vis s’était allié avec le peuple des Bur­gondes. Comme sou­vent, l’alliance fut scel­lée par un mariage entre princes et, effec­ti­ve­ment, le roi des Bur­gondes don­na sa fille Clo­thilde à Clo­vis qui l’épousa.

Il se trouve que Clo­thilde était chré­tienne. Car la reli­gion chré­tienne, depuis Rome, com­men­çait son expan­sion par­tout en Europe. Clo­thilde ne ces­sait de convaincre son mari de se conver­tir et d’abandonner ses dieux. Clo­vis ne croyait pas en l’existence d’un autre dieu que les siens et crai­gnait que son peuple lui en veuille de renon­cer à la reli­gion des ancêtres.

Dans le fra­cas de la bataille et à deux doigts de la perdre, ayant consta­té que ses dieux ne lui étaient d’aucun secours, Clo­vis fit alors le ser­ment de croire au dieu de Clo­thilde si ce der­nier démon­trait sa puis­sance en lui accor­dant sa vic­toire. Il fut enten­du et, peu de temps après, le roi des Ala­mans fut tué par une fran­cisque et, pani­qués, les Ala­mans s’enfuirent à toutes jambes, aban­don­nant le ter­rain aux Francs.

Fidèle à son enga­ge­ment, Clo­vis se fit bap­ti­ser à Reims, par l’évêque Rémi, qui eut pour lui cette phrase célèbre : Courbe la tête, fier Sicambre (Sicambre était un autre nom de tri­bu franque). Adore ce que tu as brû­lé et brûle ce que tu as adoré.

A l’époque les tri­bus païennes pillaient volon­tiers les domaines chré­tiens. La phrase de l’évêque Rémi demande ain­si à Clo­vis d’adorer ce qu’il détrui­sait avant, et de détruire ce qu’il avait ado­ré avant, c’est-à-dire les repré­sen­ta­tions de ses anciens dieux.

Il y a une autre anec­dote fameuse concer­nant Clo­vis, qui est celle du vase de Soissons.

Nor­ma­le­ment, après une bataille, il était d’usage que tous les guer­riers se par­tagent le butin, quel que soit leur rang, du roi au simple soldat.

Après la vic­toire de Sois­sons, Clo­vis et ses sol­dats vont se par­ta­ger un butin énorme, mais dans lequel se trouve un superbe vase pré­cieux, que l’évêque Rémi – celui qui bap­ti­se­ra plus tard Clo­vis – a sup­plié le roi de pou­voir récupérer.

Vou­lant lui faire plai­sir, Clo­vis s’adresse donc à ses sol­dats pour leur deman­der de sor­tir le vase du par­tage et de lui don­ner. Tous acceptent évi­dem­ment, mais l’un d’entre eux, jaloux et inso­lent, s’y oppose vio­lem­ment et frappe le vase d’un coup de sa hache. Clo­vis, humi­lié ne répond rien et remet le vase abî­mé à l’évêque.

Un an plus tard, lors d’une revue de ses troupes, Clo­vis recon­naît le mau­vais sol­dat. Comme ses armes sont en mau­vais état, il les jette au sol. Et lorsque le sol­dat se penche pour les ramas­ser, il lui fra­casse la tête d’un coup de fran­cisque criant « voi­ci ce que tu as fait au vase de Soissons »

Cette anec­dote met en valeur Clo­vis pour sa ruse et sa patience. Il montre aus­si les limites du manque de res­pect au roi et que l’insolence gra­tuite peut être punie de mort.

Clo­vis est une figure impor­tante de l’histoire de France parce qu’il est, en quelque sorte, le pre­mier de nos rois. Pre­mier roi à régner sur un domaine à peu près grand comme la France. Bap­ti­sé à Reims, il ouvre la voie à tous les autres rois qui, pour lui res­sem­bler, se feront sacrer à Reims. Pre­mier à avoir choi­si comme capi­tale. Pre­mier à s’être conver­ti au christianisme. 

C’est aus­si le roi d’un peuple qui, fina­le­ment, don­ne­ra son nom à la France.

La trace de Clo­vis est encore plus pro­fonde. Figure-toi que son nom, en vieille langue franque, s’écrivait Chlod-weg. Chlod signi­fiait la gloire et Weg le com­bat et Clo­vis était donc nom­mé « célèbre par ses com­bats ». Comme à l’époque tous les princes par­lait latin, on va trans­for­mer son nom en Clo­do­vi­cus, qui don­ne­ra, au fil du temps, Ludo­vi­cus, puis, en fran­çais, Louis, le pré­nom que vont por­ter 18 rois de France …

Bref, pour finir, voi­là ce que tu dois rete­nir de Clovis :

  • Né en 466, roi des Francs en 481 jusqu’à sa mort en 511
  • Pre­mier roi des Francs, uni­fi­ca­teur des peuples ger­mains en Gaule
  • Grandes batailles : Sois­sons, Tol­biac, Vouillé
  • L’anecdote du Vase de Soissons
  • Pre­mier roi à se conver­tir au Christianisme
  • Fon­da­teur de ce qui devien­dra plus tard la royau­té française

Voi­là pour aujourd’hui sur cet per­son­nage glo­rieux consi­dé­ré comme l’un des plus impor­tants de l’histoire de France.

La suite de Clo­vis, ce sont les rois fai­néants, Charles Mar­tel et puis Char­le­magne. Mais c’est une autre histoire …

2 comments

  1. Bon­jour, c’est très bien fait et c’est pile ce qui a été vu – assez rapi­de­ment – par la maî­tresse. Idéal dans ces temps de confi­ne­ment pour révi­ser intel­li­gem­ment une matière que les enfants trouvent tou­jours un peu rébarbative.

  2. Bon­jour,
    Bra­vo pour cette belle initiative !
    La vidéo sur Clo­vis est superbe ! Très péda­go­gique et un brin humo­ris­tique ! Les points abor­dés sur sa vie sont dif­fé­rents de ceux que l’on a l’habitude d’entendre ou de lire.
    J’ai hâte de décou­vrir d’autres vidéos et notam­ment sur un per­son­nage his­to­rique féminin ?
    Mer­ci à vous pour ce beau tra­vail pour nos enfants. Conti­nuez ainsi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.